Création du Collège Franco-Belge des sciences de l’ingénieur par le Groupe des Ecoles Centrale et quatre Universités belges

Metz, le 12 décembre 2017 – Le Groupe des Ecoles Centrale (GEC -CentraleSupélec, Centrale Lyon, Centrale Nantes, Centrale Lille et Centrale Marseille) s’associe avec l’Université Libre de Bruxelles, l’Université de Liège, l’Université Catholique de Louvain et l’Université de Mons pour créer le Collège Franco-Belge des sciences de l’ingénieur dont l’objet sera de porter et d’encourager des activités de coopération pour le développement et le rayonnement des institutions membres et d’augmenter la mobilité transfrontalière ou internationale vers la France et la Belgique.

Une vision commune de la formation et de la recherche

Depuis longtemps, le Groupe des Ecoles Centrale et les facultés de sciences appliquées/écoles polytechniques des quatre universités belges partenaires collaborent pour la formation d’ingénieurs généralistes au sein du réseau européen T.I.M.E. Echanges académiques, programmes double diplôme ou encore coopération de recherche se sont développés, principalement dans un contexte de coopérations bilatérales autour d’une vision des Sciences et Technologies au service d’une société de plus en plus globale et digitale.

Fort de ces liens existants, les 9 institutions ont souhaité renforcer et développer leurs relations, en particulier dans le cadre de la francophonie – sans en être limitatif. Dans cette perspective, elles ont décidé en 2016 de se doter d’une structure et d’un espace partagé à l’image des Universités Francoétrangères (Allemagne, Italie, Espagne). Le Collège est né de cette idée et œuvrera à développer les programmes déjà existants et de nouveaux, à centraliser des moyens et des ressources et à donner de la visibilité au groupe.

Les initiatives pédagogiques et de recherche pourront concerner par exemple :

  • Le renforcement de la mobilité Double Diplôme et le développement des échanges semestriels
  • Le partage d’opportunités de stage
  • Le partage d’expérience et de bonnes pratiques pédagogiques, notamment pour les projets étudiants
  • Le développement de programmes joints, en particulier Master et Doctorat
  • Des participations croisées à des écoles d’été, séminaires et conférences – L’échange d’enseignants-chercheurs
  • Le partage de cours (e-learning et présentiel)
  • Des propositions et projets partenariaux en réponse aux appels d’offre européens ou autres
  • Des collaborations de recherche et d’innovation – Des actions de communication et d’évènement spécifiques

Pour les deux premières années, le management du projet se fera par CentraleSupélec Metz et Centrale Lille pour le GEC et l’Ecole Polytechnique de l’Université Libre de Bruxelles et la faculté Polytechnique de l’Université de Mons. Ce groupe de management rendra compte aux présidents/directeurs des 9 institutions.

Un projet stratégique pour le Groupe des Ecoles Centrale

Ce projet est structurant à plusieurs échelles. Grâce à son organisation multi-partenaires, il va renforcer les synergies en formation et en recherche, à la fois entre les écoles membres du GEC et entre le GEC et les facultés de sciences appliquées/écoles polytechniques des universités belges.

Outre une présence accrue du GEC sur la Belgique, ce cadre va également lui permettre de candidater plus légitimement à des fonds en région, au niveau national et européen, sur des bases thématiques et sur la francophonie. Il va, par ailleurs, renforcer la mobilité transfrontalière entre la France et la Belgique.

Le Collège impliquera par ailleurs les implantations internationales du GEC, en particulier à Casablanca et Pékin, dans le cadre des formations d’ingénieurs francophones qui y sont prodiguées et de leur internationalisation.

F. Debouck, directeur de Centrale Lyon et vice-président du GEC affirme que « ce projet est emblématique des axes de développement du GEC à l’international : rendre possible des synergies de groupements internationaux inaccessibles à l’échelle d’une institution. Nous l’avons fait depuis longtemps sur la Chine et le Brésil. C’est la première fois que nous le concrétisons en Europe aussi explicitement et transversalement depuis la formation jusqu’à la recherche et l’innovation ».

Un positionnement majeur pour CentraleSupélec Metz

La création de ce Collège appuie une dynamique plus globale de partenariats stratégiques en formation d’ingénieurs pour CentraleSupélec Metz dans la Région Grand-Est – notamment dans le cadre de la création de la chaire photonique et son réseau de partenaires. Il traduit un intérêt mutuel pour des thématiques fortes de recherche et d’innovation notamment en photonique, thème pour lequel CS Metz développe depuis de nombreuses années des partenariats avec des universités belges dans le cadre de projets de recherche et co-tutelles de thèse (Université de Mons, Université Libre de Bruxelles, etc.)

A propos du Groupe des Ecoles Centrale

Le Groupe des Ecoles Centrale (CentraleSupélec, Lyon, Nantes, Lille et Marseille) est un acteur majeur de l’enseignement supérieur en France et à l’international dans le domaine des Sciences de l’ingénieur et des Sciences et Technologies de l’information. Son modèle d’ingénieur généraliste place la pédagogie par projet et l’approche par les compétences au cœur des enseignements. La dynamique du groupe se caractérise par : – la formation d’ingénieurs généralistes « à la Française » répondant aux exigences de la « charte Centralienne », plébiscitée par les entreprises en France mais aussi à l’international, – la force de son implantation à l’international avec les nouvelles Ecoles Centrale : Pékin/Chine, Hyderabad/ Inde, Casablanca/Maroc, – et la qualité de sa recherche (en particulier en ingénierie).

Contact presse : laurence.wendling@centralesupelec.fr

Le cursus Centrale Digital Lab porté par le Groupe des Ecoles Centrale lauréat de l’appel à projets Disrupt’ Campus

Après 3 ans d’expérimentation couronnée de succès à CentraleSupélec et Centrale Lyon, le Groupe des Ecoles Centrale lance à l’échelle nationale un cursus inédit, visant à former les jeunes ingénieurs à la fois aux technologies disruptives, à l’Intelligence Artificielle, aux approches collaboratives de conception et de développement de produits et services à l’ère digitale et aux modèles entrepreneuriaux émergeants. Ce cursus national est lauréat de l’appel à projets Disrupt’ Campus et bénéficie d’un financement total d’1,58 M€.

Porté par les cinq établissements du Groupe des Ecoles Centrale, le projet Centrale Digital Lab est l’un des sept lauréats de l’appel à projets Disrupt’ Campus lancé dans le cadre du PIA 3 (Programme Investissements d’Avenir) et bénéficie à ce titre d’une dotation de 1,58 M€ qui sera versée par BPIFrance. L’objectif de ce cursus innovant est de faire travailler les étudiants sur la création de produits et services numériques pour des entreprises et organisations aux profils très divers (grands groupes, ETI, PME, start-ups, entreprises sociales et solidaires, collectivités territoriales, associations, services publics et para-publics etc.) et qui s’adressent à des cibles variées (consommateurs, clients professionnels, citoyens, etc.).

Ce cursus d’un an est destiné aux élèves ingénieurs et étudiants de niveau M1 en ingénierie, issus des écoles du groupe, de l’université ou d’autres écoles d’ingénieurs. Il vise à les former aux pratiques du Design Thinking, du Lean Startup, de l’expérience utilisateur et de l’économie numérique. Il se distingue également par son module dédié à l’intelligence artificielle et à ses applications concrètes, répondant ainsi à un fort enjeu de formation en lien avec la stratégie nationale sur l’IA lancée en janvier dernier

« Les entreprises françaises, notamment les ETI, sont insuffisamment préparées aux ruptures technologiques comme celle de l’IA et à la transformation digitale en cours de nos économies, avec à la clé des incidences très fortes sur l’emploi, l’employabilité et les modèles d’activité. Face à ce contexte, au sein du Groupe des Ecoles Centrale, nous partageons la conviction que demain, outre l’excellence académique acquise, entre autres, grâce à notre socle de compétences centralien, les équipes les plus innovantes seront aussi les plus hybrides », explique Renaud Monnet, Directeur du Digital Institute et des Systèmes d’information de CentraleSupélec.

Concrètement :

  • Les élèves ingénieurs et étudiants travailleront en équipes pluridisciplinaires sur des projets réels, par périodes de 7 semaines.
  • Ils expérimenteront les approches et méthodes pédagogiques de demain : ressources en ligne et SPOCs, plateforme de collaboration et de réseaux sociaux privatifs, cours en visioconférence multisites et utilisation de robots de téléprésence, etc.
  • Ils dépasseront le champ habituel de leurs formations et seront confrontés à d’autres univers – design, etc.
  • Ils seront suivis et encadrés par des responsables scientifiques issus des cinq Ecoles Centrale.

Piloté par CentraleSupélec en tant que chef de file, le déploiement du cursus Centrale Digital Lab interviendra en 2 phases :

  • Une première phase d’environ 6 mois, comprenant notamment la mise en place de la gouvernance, les premières expérimentations avec 24 élèves issus essentiellement de CentraleSupélec et Centrale Lyon travaillant sur 6 projets start-ups et 6 projets grandes-entreprises/ETI, la création d’un site web et d’un réseau social dédiés, les premières itérations sur le cours d’IA…
  • Une seconde phase avec la montée en puissance des effectifs en incluant les élèves des cinq écoles, la mutualisation d’une partie des cours entre les cinq campus, la finalisation des modules dispensés, etc.

A propos de l’appel à projets Disrupt’ campus

L’appel à projets Disrupt’ Campus vise à sélectionner des cursus de formation à l’entrepreneuriat et à l’innovation numérique en mode « startup », portés par un ou plusieurs établissements d’enseignement supérieur (possiblement en association avec un partenaire privé) et associant étroitement des entreprises engagées dans des démarches de transformation numérique.

Les Disrupt’ Campus doivent former les étudiants à l’entrepreneuriat et à la nouvelle économie du numérique, notamment à ses nouveaux modes d’innovation et modèles économiques. Durant leur formation, les élèves doivent participer à un ou plusieurs projets. Pour chacun d’eux, une équipe mixte est constituée associant étudiants et salariés de l’entreprise.

Ces projets doivent cibler une problématique réelle de l’entreprise, proposer une solution innovante, si possible en rupture, permise par le numérique au sens large, qu’il s’agisse de technologie, de processus, de procédé, de méthodologie, d’expérience, de modèle économique, etc.

A propos du Groupe des Écoles Centrale

Le Groupe des Ecoles Centrale (Paris, Lyon, Nantes, Lille et Marseille) est un acteur majeur de l’enseignement supérieur en France et à l’international. Son modèle d’ingénieur généraliste place la pédagogie par projet au coeur des enseignements. La dynamique du groupe se caractérise par :

  • la formation d’ingénieurs généralistes « à la Française » répondant aux exigences de la « charte Pédagogique Centralienne », et plébiscitée par les entreprises en France mais aussi à l’international,
  • la force de son implantation à l’international avec les nouvelles Ecoles Centrale : Pékin/Chine, Hyderabad/ Inde, Casablanca/Maroc,
  • et la qualité de sa recherche (en particulier en ingénierie).

Contacts presse

CentraleSupélec
Alexandrine Urbain
alexandrine.urbain@centralesupelec.fr
Ligne directe : 01 41 13 12 77

Centrale Lyon
Béatrice Traverse
beatrice.traverse@ec-lyon.fr
Ligne directe : 04 72 18 63 76

Centrale Nantes 
Valérie Chilard
valerie.chilard@ec-nantes.fr
Ligne directe : 02 40 37 16 87

Centrale Lille 
Nathalie Dangoumau
nathalie.dangoumau@centralelille.fr
Ligne directe : 06 42 02 90 88

Centrale Marseille
Nicolas Chapuis
nicolas.chapuis@centrale-marseille.fr
Ligne directe : 04 91 05 46 38

Le Groupe des Écoles Centrale réaffirme son soutien aux restructurations de sites

Le Groupe des Écoles Centrale (GEC) – constitué de CentraleSupélec, l’École Centrale de Lyon, l’École Centrale de Nantes, l’École Centrale de Lille et l’École Centrale de Marseille est un acteur majeur de l’enseignement supérieur en France et à l’international.

Le Conseil des Directeurs du GEC, lors de sa réunion mensuelle du 2 novembre à Lyon, a fait le bilan de la mise en oeuvre depuis deux ans de sa nouvelle gouvernance.

Il constate les excellents résultats liés à la dynamique du groupe :

  • la formation d’ingénieurs généralistes « à la Française » répondant aux exigences de la « charte Centralienne », et plébiscitée par les entreprises en France mais aussi à l’international,
  • la force de son implantation à l’international avec les nouvelles Écoles Centrale : Pékin/Chine, Hyderabad/ Inde, Casablanca/Maroc et Ile Maurice,
  • et la qualité de sa recherche (en particulier en ingénierie).

Fort de ces acquis et de leur volonté de développer ce modèle en France et à l’international, les différentes écoles du GEC s’engagent résolument à renforcer leur alliance dans de nouveaux projets d’enseignement et de recherche.

Les écoles du GEC réaffirment leur soutien collectif aux démarches de sites dans lesquelles elles sont engagées : en particulier la constitution des ComUE, ou les projets d’iDEX ou d’ISITE, confiantes dans le fait que leur coopération étroite bénéficiera à ces démarches de sites comme à leur projet commun.

Hervé Biausser (CentraleSupélec), Frank Debouck (Centrale Lyon), Arnaud Poitou (Centrale Nantes), Emmanuel Duflos (Centrale Lille) et Frédéric Fotiadu (Centrale Marseille)

Contacts presse

CentraleSupélec
Alexandrine Urbain
alexandrine.urbain@centralesupelec.fr
Ligne directe : 01 41 13 12 77

Centrale Lyon
Béatrice Traverse
beatrice.traverse@ec-lyon.fr
Ligne directe : 04 72 18 63 76

Centrale Nantes 
Valérie Chilard
valerie.chilard@ec-nantes.fr
Ligne directe : 02 40 37 16 87

Centrale Lille 
Nathalie Dangoumau
nathalie.dangoumau@centralelille.fr
Ligne directe : 06 42 02 90 88

Centrale Marseille
Nicolas Chapuis
nicolas.chapuis@centrale-marseille.fr
Ligne directe : 04 91 05 46 38

Le Groupe des Écoles Centrales prépare l’avenir

Sur le campus de l’École centrale de Lyon, les cinq directeurs du Groupe des Écoles Centrales (GEC) ont signé, le vendredi 6 novembre, les nouveaux statuts du Groupe. Ces statuts traduisent la volonté des cinq Écoles Centrales de renforcer leur gouvernance afin de piloter de manière plus efficace leurs coopérations. Ils mettent l’accent sur la promotion de la marque, l’implication du Groupe dans les priorités nationales et sa participation aux politiques territoriales.

Ces statuts vont permettre de donner une nouvelle dimension à la politique internationale du Groupe, en particulier pour le développement de nouvelles Écoles Centrales à l’international : après Centrale Pékin (qui a récemment fêté son dixième anniversaire), Mahindra École Centrale à Hyderabad (ouverte en août 2014) et l’École Centrale de Casablanca (ouverte en Septembre 2015), le Groupe est bien avancé dans son projet d’École Centrale « Afrique Australe » à l’Ile Maurice, qui doit ouvrir en 2016. Le Groupe a également signé le mois dernier un protocole d’accord avec l’Université de Sao Paulo afin d’étudier l’opportunité d’ouvrir une nouvelle École au Brésil à l’horizon 2017.

La présidence du Groupe est assurée par Hervé Biausser – Directeur Général de CentraleSupélec – et la viceprésidence par Frank Debouck – Directeur de l’École centrale de Lyon -.

Contacts presse

CentraleSupélec
Alexandrine Urbain
alexandrine.urbain@centralesupelec.fr
Ligne directe : 01 41 13 12 77

Centrale Lyon
Béatrice Traverse
beatrice.traverse@ec-lyon.fr
Ligne directe : 04 72 18 63 76

Centrale Nantes 
Valérie Chilard
valerie.chilard@ec-nantes.fr
Ligne directe : 02 40 37 16 87

Centrale Lille 
Nathalie Dangoumau
nathalie.dangoumau@centralelille.fr
Ligne directe : 06 42 02 90 88

Centrale Marseille
Nicolas Chapuis
nicolas.chapuis@centrale-marseille.fr
Ligne directe : 04 91 05 46 38

Le Groupe des Écoles Centrales renforce ses collaborations

(Châtenay-Malabry, Lyon, Lille, Marseille, Nantes – 24 mars 2014) – Dans un contexte de concurrence croissante des grandes écoles et universités, sur un marché de l’enseignement supérieur mondialisé marqué par des mutations technologiques rapides et fondamentales, les cinq écoles du Groupe des Écoles Centrales (GEC) ont décidé de refonder leur alliance autour d’un projet ambitieux, qui s’appuiera sur les acquis communs et sur les spécificités de chacune des cinq écoles.

Un groupe fondé sur des valeurs partagées

Fondé en décembre 1990, le GEC regroupe Centrale Paris (en cours de fusion avec Supélec pour former CentraleSupélec), Centrale Lyon, Centrale Lille, Centrale Marseille et Centrale Nantes. Les cinq Ecoles d’ingénieurs partagent les mêmes valeurs et la même pédagogie à vocation généraliste ainsi que la même vocation d’excellence académique et de recherche.

La signature du nouvel accord a eu lieu à Lyon le 22 mars dernier en présence des directeurs des cinq Ecoles. Elle a pour finalité de conforter le GEC comme acteur incontournable de l’offre de formation supérieure scientifique généraliste au niveau national mais aussi international.

Une alliance permettant le développement commun du groupe au niveau national et international et les développements propres à chaque Ecole au niveau local.

Sous la présidence de CentraleSupélec, et la vice-présidence de Centrale Lyon, la nouvelle alliance permettra d’accentuer la coopération stratégique au profit :

  • d’un développement sur le territoire national et au niveau mondial ;
  • d’une évolution du modèle de formation en cohérence avec la demande et les besoins des entreprises et avec les nouvelles technologies ;
  • d’une amélioration continue de la performance individuelle et collective des cinq Ecoles.

Une refondation visant 5 objectifs prioritaires

  • favoriser le développement de chacune des Ecoles, en appui sur son ancrage territorial et ses alliances locales et internationales ;
  • garantir les valeurs identitaires des 5 Ecoles ;
  • répondre aux défis sociétaux du XXIème siècle (transport, énergie, environnement, accès aux ressources…) ;
  • développer des relations coordonnées avec les entreprises ;
  • favoriser une convergence progressive des pratiques, une complémentarité des cursus, ainsi qu’une progression continue des classements.

Contacts presse

CentraleSupélec
Alexandrine Urbain
alexandrine.urbain@centralesupelec.fr
Ligne directe : 01 41 13 12 77

Centrale Lyon
Béatrice Traverse
beatrice.traverse@ec-lyon.fr
Ligne directe : 04 72 18 63 76

Centrale Nantes 
Valérie Chilard
valerie.chilard@ec-nantes.fr
Ligne directe : 02 40 37 16 87

Centrale Lille 
Nathalie Dangoumau
nathalie.dangoumau@centralelille.fr
Ligne directe : 06 42 02 90 88

Centrale Marseille
Nicolas Chapuis
nicolas.chapuis@centrale-marseille.fr
Ligne directe : 04 91 05 46 38